Le crès

Culture et Patrimoine

Valorisation du Patrimoine cressois

Après avoir réaffirmé dans notre politique d’action culturelle 2020-2026 la place essentielle des arts et de la culture et la volonté de faire d’eux ce « bien commun » qui nous rassemble, il nous est apparu indispensable de lui associer une réflexion sur son pendant patrimonial et de porter ainsi l’ambition de décliner une politique volontariste à destination de notre patrimoine cressois.

 

Valorisation du Patrimoine cressois

 

« Le patrimoine est une chance, parce que les Français y sont profondément attachés. Le patrimoine est un objet de fierté pour nos concitoyens, un vecteur de cohésion pour notre société, et un levier de développement économique et d’attractivité pour notre pays et pour nos territoires. » Ministère de la Culture.
Au Crès, commune récente administrativement, mais riche d’une histoire ancienne par les  traces d’occupation datant du néolithique, et riche d’un patrimoine bâti divers par son église Saint Martin, le reste de son château (ou maison forte), son centre ancien doté de belles maisons vigneronnes, le Patrimoine est une réalité, mais fragile parce que peu connue du plus grand nombre, presque endormie car peu mise en lumière. Le Centre du Crès, victime d’une désertification des commerces de proximité, accentuée par la difficulté de circuler et de stationner, est un musée non valorisé.
Avec le même attachement à une politique de proximité, la stratégie que nous vous proposons vise, avec une curiosité renouvelée et un intérêt soutenu, à partager cette envie de convivialité et de dialogue autour du patrimoine puisqu’il constitue un levier de cohésion essentiel.
La sauvegarde du patrimoine représente un enjeu majeur : celui de transmettre les clés de notre
histoire, de mieux appréhender le lendemain. Le patrimoine est un gardien de mémoire, mais pour qu’il soit présenté, dans toute sa diversité, notamment aux plus jeunes et aux scolaires, pour qu’il soit partagé et approprié par tous, connaisseurs ou néophytes, il nous faut, au-delà du travail de recensement et d’identification, nous doter d’outils de présentation classiques mais aussi moins conventionnels, plus novateurs et attractifs. En somme, utiliser aussi les outils numériques pour rendre le patrimoine plus accessible. Cette chance est aussi une  reesponsabilité, celle d’accompagner le défi de l’entretien, de la restauration et de la valorisation.

retour en haut de la page